Flash-Back

La Nuit de cristal (9 novembre 1938)

Mardi 1 novembre 2016 par Tarbout
Publié dans Regards n°850

La Nuit de cristal (Kristallnacht) désigne les violents pogroms commis sur la population juive du Reich (Allemagne, Autriche, et région des Sudètes) les 9 et 10 novembre 1938. Initiée sur ordre de Goebbels, la Nuit de cristal doit son nom aux éclats de vitres qui jonchent les rues à la suite des pogroms et qui proviennent des synagogues, des magasins, des centres communautaires et des maisons appartenant à des Juifs, pillés et mis à sac.

 

Cette vague de violence anti-juive entraîne la destruction de 267 synagogues, de 7.500 magasins, la profanation de cimetières juifs, la mort d’une centaine de Juifs, l’arrestation de 30.000 Juifs incarcérés ensuite dans des prisons locales et dans les camps de concentration, notamment de Dachau, Sachsenhausen et Buchenwald. Elle accélère aussi le processus d’émigration juive.


Pour justifier cette terrible explosion de violence antisémite, les nazis n’invoquent qu’un seul motif : l’assassinat d’Ernst vom Rath, troisième attaché de l’ambassade d’Allemagne à Paris commis le 7 novembre 1938 par un jeune Juif polonais de 17 ans, Herschel Grynszpan. Bien que ce dernier ait déclaré avoir tenté un coup d’éclat pour sensibiliser l’opinion mondiale au sort des 35.000 Juifs polonais, parmi lesquels les parents de Grynszpan, expulsés d’Allemagne le 29 octobre 1938 vers la zone frontière polonaise où ils risquent de devenir des apatrides, les autorités allemandes considèrent que ce jeune homme de 17 ans a agi sur ordre du « judaïsme international », véritable coupable de ce crime. « Cette version prend une forme concise, brutale et immédiate dans l’invitation lancée au peuple allemand à se venger de l’attentat sur l’ensemble des Juifs du Reich, la nuit même de l’annonce de la mort de vom Rath, le 9 novembre : c’est le coup d’envoi de la Nuit de cristal », explique Corinne Chaponnière, auteure des Quatre coups de la Nuit de cristal (éd. Albin Michel).

Après les deux jours de pogroms, le gouvernement allemand attribue immédiatement aux Juifs eux-mêmes la responsabilité de la Nuit de cristal, en infligeant une amende punitive d’un milliard de marks à la communauté juive allemande. Le Reich confisque toutes les indemnisations des assurances qui doivent être versées aux Juifs dont les commerces et les immeubles ont été pillés ou détruits. Les propriétaires juifs doivent prendre ainsi à leur charge tous les frais des réparations.

La Nuit de Cristal est et sera la seule vague de pogroms commis par l’Allemagne nazie sur le territoire allemand. La politique antisémite du IIIe Reich se radicalisera ensuite à travers un ensemble de mesures visant l’exclusion des Juifs de la vie économique et sociale, afin de les contraindre à quitter le pays et à transformer l’Allemagne en territoire Judenrein (sans Juifs).


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/