Etude 2011 : Le dialogue judéo-musulman en France d'hier à aujourd'hui

Jeudi 1 décembre 2011 par Daniel Bensoussan-Bursztein

   Toute relation humaine est, par définition, complexe. Elle l’est plus encore lorsqu’elle renvoie au face à face de deux groupes humains, qu’ils soient d’ordre religieux ou ethnoculturel.

Question actuelle s’il en est, la relation judéo-musulmane demeure inséparable aujourd’hui d’enjeux géopolitique dont elle est souvent, à ses dépens, l’objet symbolique en terme d’image.

Sortir des stéréotypes et des essentialisations de quelque nature qu’elles soient, tel est l’enjeu d’un dialogue noué patiemment par des hommes et des femmes depuis plusieurs années maintenant, à l’écart le plus souvent des projecteurs médiatiques tant cet échange mené pas à pas va à l’encontre du « sensationnel », éphémère par définition, et dont est si friande notre société du spectacle.

L’Histoire tout d’abord. Elle commence dans l’Arabie du 7e siècle. Natif de la Mecque, Mahomet côtoie les tribus juives au sein de sa ville natale. Il en subit l’influence religieuse. C’est plus tard, à Médine, que les relations s’enveniment. Les Juifs sont soient massacrés soit expulsés de la péninsule arabique. Ce conflit originel n’aura pour autant pas de portée majeure dans la vie des Juifs en terre d’Islam. Si celle-ci réduit les Juifs au rang de mineurs, les persécute à certaines époques, les pogroms tels qu’ils se pratiquent dans la chrétienté y sont, hormis le règne sanglant des Almohades, nettement plus rares.

En l’espace d’un siècle pourtant, tout change, qu’il s’agisse des relations judéo-chrétiennes ou judéo-musulmanes. 1965 : Concile de Vatican II. Une ère nouvelle s’ouvre au sein des relations entre Juifs et chrétiens. Au même moment, en guerre avec l’Etat d’Israël nouvellement créé, le monde arabo-musulman reprend massivement à son compte les pires clichés antijuifs dont l’Occident est en train de se défaire.

Une histoire qui recommence ? De plus en plus nombreux sont les Juifs à le penser réduisant leur horizon politique aux notions, souvent mal comprises par ailleurs, de dhimmitude et d’Eurabia. Essentialisation du fait musulman : tel est l’écueil intellectuel dans lequel verse un nombre croissant de Juifs européens en proie à une vague de violence judéophobe sans précédent depuis 1945.

A contre-courant pourtant, certains tentent de bâtir le dialogue judéo-musulman. Vœu pieux et bons sentiments répondront les « esprits supérieurs ».

Ce n’est pourtant qu’à l’aune du travail accompli des années durant, que nous avons essayé de mettre en lumière, de manière aussi synthétique que possible à travers cette étude, qu’un espoir est possible.


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par michel wandel - 27/12/2011 - 16:37

    bonne introduction, mais où donc est le lien vers l'étude?

  • Par AJMF-06 - 29/12/2011 - 0:23

    Oui, travail long et obstiné qui cherche selon la formule du Rabbin SERFATI (fondateur de l''association AMITIES JUDEO-MUSULMANES DE FRANCE) à montrer que ON SE RESSEMBLE PLUS QU'IL NE SEMBLE et à privilégier la rencontre et la connaissance mutuelle de nos deux communautés à l'occasion de nos fêtes traditionnelles : rupture du jeûne de Ramadhan, Hannoucca etc...

    Ce soir 28 décembre, dernier jour de la fête des lumières l'AJMF-06 et le Rabbin Jo ABITTAN avaient organisé à la synagogue de la rue Michelet à NICE une rencontre ouverte à tous en présence des dirigeants de la communauté juive, de l'immam Hadj ABDELKADER et du père Patrick BRUZZONE d'une paroisse niçoise.

    A partir de lectures de versets de la Bible, du Nouveau Testament et du Coran, ils en ont dégagé la représentation symbolique des lumières et des ténèbres pour apporter à l'assistance nombreuse le message d'espoir de la nécessité de vivre ensemble et dans le respect mutuel pour assurer la vie harmonieuse des générations futures.

    Nul doute que cette réunion qui s'est terminée par la consommation de soufganiots préparées par des femmes juives et musulmanes et relayée par la télévision locale aura permis à ceux de nos communautés qui prêchent le mépris et la haine de vérifier que la volonté commune de paix est plus forte que les critiques des "esprits supérieurs".

    Les paroles du Président de l'association locale (NICE) le Dr Mohame FERNANE évoquant la signification des huit jours de Hannouca et celles du Rabbin Jo ABITTAN se fondant sur deux sourates du Coran auront démontré à tout le moins que la connaissance acquise de la tradition de l'autre sont une passerelle entre les deux rives d'un fonds commun.

    Oui, ici comme ailleurs la surdétermination politique liée à l'actualité proche-orientale est un frein à notre dialogue mais les bonnes volontés de tous parviennent chaque fois qu'il est nécessaire à le contenir et à le dépasser.

    Oui au dialogue judéo-musulman, oui à la paix.

    Joël BLUMENKRANZ Secrétaire Général de l'AJMF-06



  • Par geraldine - 3/01/2012 - 10:50

    <p>
    Le lien vers l&#39;&eacute;tude se trouve sur la colonne de droite (en savoir plus :&nbsp;&eacute;tude PDF)</p>
    <p>
    En vous remerciant de l&#39;int&eacute;r&ecirc;t que vous nous portez</p>
    <p>
    La R&eacute;daction</p>

  • Par geraldine - 27/02/2015 - 13:06

    <p>
    Le lien vers l&#39;&eacute;tude se trouve sur la colonne de droite (en savoir plus :&nbsp;&eacute;tude PDF)</p>
    <p>
    En vous remerciant de l&#39;int&eacute;r&ecirc;t que vous nous portez</p>
    <p>
    La R&eacute;daction</p>