Vu de France

A bout de souffle, l'antiracisme pousse un cri faiblard...

Jeudi 2 octobre 2014 par Laurent-David Samama
Publié dans Regards n°806

En France, la lutte antiraciste s’essouffle. Envolées les belles heures de l’utopie collective de « Touche pas à mon pote », loin, si loin, les grandes manifestations du MRAP et de SOS Racisme en faveur du vivre-ensemble.

 

Le rêve d’une France black-blanc-beur, nourrie et renforcée de toutes les influences, a vécu. La nouvelle génération ne s’y retrouve plus, elle délaisse le combat des idées et la politique en général pour recréer des cellules de sociabilisation plus petites, plus confortables. Surtout ne pas se confronter à l’autre, surtout rester entre personnes qui se ressemblent (entre riches, entre Parisiens, entre banlieusards, entre noirs, entre musulmans, entre Juifs, entre Asiatiques, entre blancs). Attention : ce n’est pas vraiment la faute des jeunes si le communautarisme monte ! Tout dans l’époque pousse à cela : le manque de perspectives, la perte de repères, la vie en société de plus en plus violente, la montée des extrémismes et des fondamentalismes de tout poil... Pour faire face au réel, puisque pour beaucoup la politique ne peut plus rien et que l’individu solitaire demeure faible, le refuge bénéfique serait la communauté. Elle agit comme un cocon protecteur, une sorte de bouclier face aux agressions de l’extérieur.

Face à cette France qui se fragmente en mille morceaux, les antiracistes ne baissent pas les bras. Ils continuent d’agir, persuadés -sûrement à tort- qu’ils appliquent les bonnes méthodes et véhiculent le bon message. Dernière initiative en date, l’opération « Pousse ton cri ». Disons-le sans ambages, si le sentiment de départ est louable, le résultat rend sceptique. Voici l’idée : « Les associations antiracistes, décidées à ne pas laisser Internet en proie aux discours haineux, invitent les internautes à se mobiliser... en criant ! » Le site de l’agence digitale La Netscouade, partenaire de l’opération, précise : « En arrivant sur le site, chacun peut enregistrer son “cri” contre le racisme et inviter ses amis à suivre le mouvement, en le partageant sur les réseaux sociaux. Le site web comporte également une section dédiée à la pédagogie sur le signalement de contenus racistes sur Internet ».

Soutenue par Google, l’initiative est lancée par SOS Racisme, l’Union des étudiants juifs de France (UEJF), la LICRA et le MRAP. A première vue, elle possède de nombreux atouts. Mais à la réflexion, un problème se pose. Que voit-on sur www.poussetoncri.fr ? Essentiellement des dizaines de personnes qui hurlent. Le cri comme réponse au racisme. Un exutoire peut-être salutaire, mais bien faiblard par rapport aux dangers qui menacent… Car après avoir crié à gorge déployée, quoi ? Finalement rien. Aucune solution pour lutter efficacement contre le FN. Rien pour faire la nique à Soral et Dieudonné. Il fut un temps où l’on théorisait le combat antiraciste, aujourd’hui, face à la montée du FN et des prêcheurs de haine, on crie, sans objectif réel et sans promouvoir de projet alternatif de société… Dommage.


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/