Communauté juive

Les ambassadeurs israélien et allemand en visite à l'Heureux Séjour

Mercredi 20 novembre 2019 par Géraldine Kamps

C'est une après-midi un peu particulière qu'ont sans doute vécue les résidents de la maison de repos Heureux Séjour ce lundi 18 novembre 2019. Les ambassadeurs israélien et allemand étaient en effet venus saluer un de ses hôtes, et non le moindre, Henri Kichka, bientôt 94 ans, survivant des camps, arrivé dans l'institution il y a quelques mois.

Henri Kichka et sa fille Irène entourés à gauche de Marcel Joachimowicz, directeur, Michel Abelew, président du CA et SEM l'ambassadeur d'Israël Emmanuel Nahshon, à droite de SEM l'ambassadeur d'Allemagne Martin Kotthaus.

Alors que plusieurs résidents de la maison s'étaient retrouvés pour pousser la chansonnette autour d'André Reinitz, au piano, quelle ne fut pas leur suprise de voir arriver à l'heure du goûter un duo d'ambassadeurs des plus symboliques, en la personne de S.E.M. Martin Kotthaus, ambassadeur d'Allemagne en Belgique et le nouvel ambassadeur d'Israël, S.E.M. Emmanuel Nahshon.

Une première également pour les représentants de ces deux pays qui ont brièvement pris la parole dans la salle à manger, avant de rejoindre Henri Kichka dans la bibliothèque en plus petit comité.

"Nous connaissons bien l'ambassadeur d'Allemagne", explique Irène Kichka, la fille d'Henri, à l'initiative de cette rencontre. "Il souhaitait venir voir mon père ici. Quand j'ai rencontré l'ambassadeur d'Israël et que je lui en ai parlé, il a tout de suite, lui aussi, répondu présent à l'invitation".

Un "geste de solidarité et d'amitié" important pour l'ambassadeur allemand. "Si c'est une première pour moi, mes collègues viennent assez souvent pour voir comment vont les résidents qui bénéficient des aides accordées par l'Allemagne", souligne-t-il. "Les gens semblent heureux ici". Henri Kichka a d'ailleurs plutôt la forme. "C'est un des derniers survivants d'Auschwitz, et malgré toute la souffrance qu'il a vécue -il a tout de même vu son père mourir dans ses bras et une grande partie de sa famille a péri dans les camps-, il exprime une joie de vivre rarement vue, avec une énergie contagieuse! Je suis honoré de le connaître et de pouvoir parler avec lui, je le considère comme un ami".

Le principal intéressé s'est dit tout aussi flatté de la présence inédite de ce duo de diplomates. "Israël et l'Allemagne réunis, cela signifie qu'entre les Juifs et l'Allemagne, il n'y aura plus jamais de guerre", s'est réjouit celui qui il y a peu avait raconté son histoire devant Martin Rotthaus, mais aussi un groupe de jeunes Allemands. Un témoignage d'ailleurs fait en allemand, "pour leur montrer que je n'ai pas de rancoeur envers leur pays", a précisé Henri Kichka, concluant qu'il était heureux d'être à son âge "encore choyé comme ça".

L'ambassadeur d'Allemagne a déjà promis qu'il reviendrait bientôt, soulignant l'importance d'"être présent comme ami et comme partenaire de la communauté juive, conscient de ce qui s'est passé et qui fait partie de l'histoire allemande, pour éviter que cela ne se répète". Irène Kichka a, quant à elle, déjà annoncé qu'un projet était sur la table pour célébrer l'an prochain le plus dignement les 75 ans de la libération des camps.


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par Mme Liliane Oberman - 20/11/2019 - 20:47

    Merci d’avance.