Coexistence

Les nuits du Ramadan prennent leur envol en Israël

Jeudi 14 juin 2018 par Nathalie Hamou

Pour marquer la plus longue des fêtes musulmanes qui s’achève cette fin de semaine, l’entreprise israélienne SodaStream a organisé un diner de l’iftar géant. Alors que les initiatives touristiques autour du Ramadan se sont multipliées dans tout le pays.

« Le plus grand diner de l’iftar du pays ». Voilà ce qu’a servi, ce mercredi 13 juin, l’entreprise israélienne SodaStream dans son usine située près de la ville bédouine de Rahat (dans le Néguev), à une vingtaine de kilomètre de la Bande de Gaza. Pour rompre le jeûne du Ramadan, la plus longue des fêtes musulmanes qui est sur le point de s’achever, le fabricant de machines à sodas n’a pas lésiné sur les moyens.

L’entreprise a saisi cette occasion à la fois pour réunir ses 2.000 salariés, pour moitié juifs et pour moitié arabes, autour d’un repas traditionnel, mais aussi pour faire passer des messages de paix. A la demande de ses employés musulmans, SodaStream a en effet déployé des cerfs-volants estampillés du mot « paix » en hébreu, anglais, arabe et assortis d’un rameau d’olivier, pour les envoyer de l’autre côté de la frontière avec Gaza. L’un d’eux s’est envolé en arborant une tapisserie de dessins conçus par les enfants juifs et arabes du personnel.

« Avec nos cerfs-volants, nous avons choisi le message de l’espoir et de la paix. Rien ne pouvait être plus symbolique que de restituer ces cerfs-volants aux enfants sous la forme de jouets, plutôt que comme des véhicules de destruction et de terreur, tels qu’ils ont été récemment utilisés », a déclaré Daniel Birnbaum, le patron de SodaStream.

Pour la circonstance, l’entreprise avait invité des diplomates en poste en Israël, le maire de Rahat, ainsi que des dignitaires religieux locaux. Le président de l’Etat hébreu, Reuven Rivlin, a même envoyé un message vidéo dans laquelle il a souligné que SodaStream était une entreprise « inspirante » et emblématique du « vivre-ensemble ».

Il y a quatre ans, le géant de l’eau pétillante, qui avait recruté l’actrice Scarlett Johansson pour faire sa promotion, avait été pris pour cible par le mouvement appelant au boycott d’Israël, le BDS, au motif qu’il possédait une usine dans les territoires palestiniens. Sous la pression, l’industriel avait dû fermer son unité de Mishor Adoumim, située à quelques kilomètres de Jérusalem-Est, et licencié 500 salariés palestiniens (sur un total de 1.300). Depuis, le patron de SodaStream est parvenu à réintégrer une centaine d’entre eux dans son usine du Néguev. 

Vaincre les préjugés

SodaStream n’est toutefois pas la seule organisation israélienne à prendre prétexte du Ramadan pour organiser des évènements visant à promouvoir le rapprochement entre Juifs et Arabes.  Il y a environ trois ans, sous l’égide de la municipalité de Rahat (la plus grande ville bédouine avec 70.000 résidents), et avec le soutien du ministre de l’Agriculture et de l’Autorité de développement du Néguev, les « Nuits du Ramadan » ont vu le jour dans le Sud du pays.

But de ces visites de six heures, proposées au prix modique de 28 dollars : encourager les touristes juifs à apprécier l’hospitalité bédouine, en les invitant à rejoindre une famille musulmane pour le diner de l’iftar et à vaincre leurs préjugés. Sachant que la grande majorité des participants n’ont jamais eu l’occasion de mettre les pieds à Rahat, une localité à connotation négative pour la plupart des Israéliens juifs.

Cette initiative vient compléter le travail de l’association israélienne Sikkuy (« chance » en hébreu), qui œuvre pour l’égalité des droits civiques entre Juifs et Arabes israéliens, la première à avoir lancé dès 2015 le concept des Nuits du Ramadan dans la région du triangle et en Galilée. Lors de l’édition 2018, des localités comme Oum-el-Fahem, Sakhnin, Tayibe ou Baka al-Garbiyeh ont pris part au projet.

L’association qui avait totalisé 1.000 participants lors de la première édition se félicite du fait que ce programme de visites, proposé le jeudi et le samedi en soirée, apporte aussi un revenu complémentaire significatif aux commerçants arabes des villes concernées.


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/