Au CCLJ

Un an après : L'hommage à David Susskind

Lundi 26 novembre 2012 par G.K.

La cérémonie d’hommage au fondateur et président d’honneur du CCLJ, David Susskind, un an après son décès, a fait salle comble ce dimanche 25 novembre 2012 au CCLJ. Une magnifique cérémonie en chanson qui aurait ravi celui que tout le monde appelait « Suss ».

C’est en chansons que toute la cérémonie d’hommage à David Susskind s’est déroulée, parce que « Suss », tout le monde le savait, adorait chanter. De la berceuse yiddish, chantonnée le soir à ses deux filles, Michèle et Monique, aux chants révolutionnaires hurlés sur la route des vacances, en famille… des chansons qu’il partageait avec sa sœur, Tony, et sa mère, avant que celle-ci ne disparaisse, faute de n’avoir pu les suivre tous les deux en Suisse pour se cacher… des chants communistes qu’il entonnait avec ses amis, à l’USJJ et jusqu’au CCLJ, le public aura participé en chœur à ce répertoire qui aura émaillé sa vie.

Après le discours d’introduction du président Henri Gutman, et les interviews de plusieurs personnalités qui tenaient à lui rendre hommage, Colette Avital, anciennete députée travailliste à la Knesset, Marek Halter, artiste et écrivain, Herman De Croo, ancien président de la Chambre, et Pinchas Kornfeld, président de la communauté israélité orthodoxe d'Anvers, tour à tour sont montés sur scène : Bella Wajnberg, Tony Weber, la sœur de David, Michèle Szwarcburt et ses trois filles, Henri Lederhandler, Noa Susskind, Isi Halberthal, et Simone Susskind à l’accordéon. Avant que l’assemblée ne partage « L’écho des étoiles », de Maxime Le Forestier, avec Benjamin, André Reinitz, Raksha et Marco Katz, reprenant la maxime que David Susskind avait choisie pour devise : « Si je ne suis que pour moi, que suis-je ? » du sage Hillel.

L’arrière-petit-fils de « Suss », Simon Beeckmans, a clôturé la cérémonie en interprétant « La Promesse » de Grégoire. Une interprétation bouleversante de cette chanson qui aurait réellement pu être écrite pour David Susskind.

Un an après le décès du fondateur du CCLJ, son président, Henri Gutman, a profité de l'événement pour dévoiler la nouvelle plaque située à l'entrée du bâtiment, qui s’appellera désormais : « CCLJ David Susskind ». Il a également fait savoir, au nom du bourgmestre de St-Gilles et président de la Région bruxelloise, Charles Picqué, qu'une rue ou une place de la commune porterait très bientôt le nom de David Susskind.

Comme le veut la tradition juive, même les événements tristes se terminent dans la bonne humeur et la convivialité. La soirée s’est terminée autour d’un magnifique buffet, entre amis. Suss aurait adoré.

Retrouvez ici toutes les photos de la cérémonie 


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par Eliyahou Reichert - 26/11/2012 - 13:01

    Bravo et merci à la famille et à tous les organisateurs du jahrzeit de Suss. Quelle magnifique idée! C'était digne de lui. Il aurait aimé.